Les anges gardiens de la santé – Shoni Mambourg

Ange gardien souvent sollicité de la part de l’équipe médicale pour connaître le moral de ses patients, l’aide-soignant(e) est une personne solidaire, généreuse et ayant le sens de l’effort et du dévouement. Véritable pilier, on le retrouve notamment dans les hôpitaux publics et privés, les cliniques ou encore les maisons de repos.

 

Rôle de l’aide-soignant(e) 

Il assiste les infirmiers, s’occupe de l’assistance de base des patients (malades, personnes âgées ou handicapées) et garantit leur bien-être psycho-physique et social. À l’écoute, son rôle premier est de réconforter les patients et de veiller à leur confort de vie. Il les accueille avec bienveillance, les installe dans leur chambre, les aide à faire leur toilette, à s’habiller, il gère également les plateaux et la prise des repas….

L’aide-soignant(e) n’est pas un infirmier

Profession très réglementée, l’aide-soignant(e) participe aux activités de soins, d’éducation ou de logistique sous le contrôle d’une équipe médicale structurée. Dans ce contexte, il peut également participer à l’administration de médicaments, à la pose et à l’entretien de prothèses, du matériel d’oxygénation, à la prise de température et des paramètres ou encore à la surveillance poids). Bien qu’il ne soit pas infirmier ou médecin, l’aide-soignant(e) doit donc avoir une bonne connaissance des maladies et des différents soins à assurer aux bénéficiaires. Il est également important de posséder de bonnes capacités physiques pour la manutention des malades.

Présent jusqu’à la fin

L’aide-soignant(e) doit aussi pouvoir réaliser une toilette mortuaire, dernière action du personnel soignant sur le défunt qui doit effectuer une première préparation du corps avant le relai par les services compétents. Cette dernière étape est très importante car elle permet à la famille ainsi qu’aux proches d’accepter plus sereinement le deuil en sachant que la dignité de l’être perdu a été respectée.

Niveau d’étude pour être aide-soignant(e)

En Belgique, il existe trois façons de devenir aide-soignant(e) : l’Enseignement Secondaire Professionnel, l’Enseignement de Promotion Sociale, et d’autres formations courtes qualifiantes. Il faut compter entre 12 à 18 mois de formation, stages inclus, avant d’obtenir son brevet ou diplôme. Diplôme en poche, l’aide-soignant(e) peut s’enregistrer auprès de l’état pour qu’il lui délivre son visa.

 

Sources :

Les études d’aide-soignant en Belgique

https://metiers.siep.be/

 

Vaincre le stress au travail grâce au Reïki – Wassila Lang

Chaque jour nous assumons un rythme infernal, nous courons sans arrêt pour l’argent, le travail, le matériel et nous ne nous rendons pas compte que nous y laissons notre santé. Lorsque nous sommes épuisés et que notre organisme déclare des maladies, on dit que le corps parle et que le « mal à dit ». Il est alors important de prendre le temps de l’écouter.

 Outre les médicaments classiques, le recours à la médecine douce peut être une excellente option pour soigner différents maux. Reconnue comme thérapie alternative, le reïki est un excellent moyen pour combattre le stress et l’anxiété. « Dépassée par les aléas de ma vie, je me sentais physiquement et moralement épuisée, ma cousine m’a alors conseillée de m’inscrire dans un groupe de reïki. Un maître reïki m’a alors appris à lâcher prise grâce à la à méditation par le toucher, une méthode qui m’a aidée à dire adieu à mes pensées envahissantes et mes émotions conflictuelles. Aujourd’hui, dès que j’en ressens le besoin, que je suis fatiguée ou stressée, j’utilise cette méthode qui nettoie mon corps des ondes négatives. »  Wassila Lang

Qu’est-ce que le reïki ?

 C’est à la suite d’une révélation, en 1922, que le Docteur MIKAO USUI, méditant et chercheur en psychologie, dit avoir reçu les clefs de la guérison. Aujourd’hui le reïki est reconnu internationalement comme thérapie énergétique et psycho corporelle méditative. Durant les séances de soin, le praticien en reïki canalise l’énergie universelle et la transmet au patient en imposant ses mains sur différentes parties du corps. Lors du traitement, l’énergie transite alors entre le chakra coronal et les mains du praticien. Le Reiki agit sur les nœuds ou les tensions, qu’elles soient émotives ou physiques.

Les effets du reïki sont cliniquement prouvés

 Une étude a été menée par le ministère de la santé en France, celle-ci avait pour objectif d’évaluer les effets de la relaxation méditative par le toucher sur le bien-être instantané ainsi que sur les paramètres biologiques des personnes.

L’étude expérimentale a été réalisée sous contrôle médical. Un médecin clinicien a  donc été chargé de suivre les personnes bénéficiaires des séances de reïki ainsi que des séances de repos et de procéder à des relevés. Les participants étaient des volontaires recrutés par un laboratoire. Afin d’éviter les effets placebo, les participants savaient juste qu’il s’agissait de séances de relaxation.

L’étude a été réalisée sur deux groupes qui étaient aussi bien représentés d’hommes que de femmes. En tout, 40 personnes souffrant d’un état de stress et/ou d’anxiété ont participé à l’expérience, 20 d’entre elles ont bénéficié de séances de reïki et 20 autres de séance de repos. Suite à ces séances, les spécialistes ont constaté une diminution significative de l’humeur négative mais aussi une augmentation significative de l’humeur positive. D’un autre côté, les personnes n’ayant eu qu’un repos de 45 minutes (sans séance de reïki) ont également montré une diminution de l’humeur négative mais par contre, le repos n’a eu aucun effet sur l’augmentation de l’humeur positive.

(suite…)

Conseiller animalier – montage sur les furets réalisé par Sébastien Rase

La vente se ré-invente – Nathalie Zachary

Avec l’évolution du E-Commerce ou commerce électronique, la vente par correspondance est dorénavant devenue la vente à distance. Selon Wikipedia, le e-commerce, ou commerce électronique, est « L’échange pécuniaire de biens, de services et d’informations par l’intermédiaire des réseaux informatiques, notamment Internet. »

L’ E-Commerce représente les différentes transactions commerciales qui se font à distance sur internet. L’action d’acheter sur internet se fait au travers d’objets numériques et digitales. L’achat peut se réaliser au travers de différents canaux et supports : ordinateurs, smartphones, tablettes, consoles, TV. Le E-Commerce tend de plus en plus vers le M-Commerce ou « mobile commerce ».

 Le commerce en ligne ouvre de belles opportunités aux commerçants.

L’e-commerce présente de nombreux avantages, il permet notamment d’étendre sa zone de marchandise à l’international et donc de  toucher une cible plus large, de récolter différentes données sur ses clients, d’ajouter un canal de distribution, de vendre 24/24 et de présenter ses produits de manières différentes… En outre, la vente en ligne est financièrement avantageuse car elle offre la possibilité de diminuer ses coûts fixes et donc d’améliorer sa marge et de mieux cerner les retours sur investissement. Enfin, elle offre également des avantages aux clients car ceux-ci disposent d’une gamme plus diversifiée et plus facilement accessible qu’ils vont pouvoir analyser à leur aise.

Pour devenir E-Commerçant, il est important de connaître les tendances E-Commerce.

Votre boutique doit être optimisée pour le mobile car la plupart des clients vont acheter via leur téléphone. WiziShop propose d’ailleurs des boutiques complètement mobiles : friendly,  Amp, WebP, etc.

Autre tendance, la personnalisation du produit.

À contrario des boutiques physiques, les consommateurs recherchent de plus en plus la possibilité de personnaliser leurs produits en ligne sur un site marchand. Forme, couleur, inscription, taille,… Vous devez laisser un grand choix à vos potentiels clients !

Avec la croissance de la data, les marchands vont pouvoir cibler et adapter parfaitement leurs produits à leur audience.

Les publicités seront ultra précises afin de mettre en avant les produits destinés à la bonne personne et au bon moment. Le e-commerce c’est avant tout un marché à trouver mais pour le devenir et réussir dans la vente à distance, il faut d’abord trouver un marché où la demande est suffisamment forte. C’est à dire se spécialiser dans un domaine que vous maîtrisez (c’est préférable) et qui est susceptible d’attirer un nombre suffisamment important d’e-consommateurs.

A moins d’avoir des budgets conséquents, il est plus judicieux d’aborder un domaine sur lequel vous pourrez facilement vous démarquer.

S’attaquer à des généralistes, des « gros » du secteur, risque d’être très compliqué et de vous coûter cher. Se spécialiser dans un domaine permet aussi de mieux estimer l’attrait de votre offre, la valeur ajoutée que vous allez pouvoir apporter à vos clients car c’est un segment de consommateurs aux attentes plus homogènes et distinctes. Si vous n’avez pas vos propres produits, vous allez devoir trouver les fournisseurs. Il va falloir négocier les prix. Le e-commerce demande des moyens, de l’anticipation et de l’ambition. Une fois que vous avez l’offre, il faut trouver les moyens. C’est à dire le budget et les compétences (internes ou externes) pour réaliser, gérer, entretenir et promouvoir son e-business. Vous devrez anticiper les fluctuations de la demande, prévoir les besoins humains et matériels. Pour déterminer un seuil pour le prix de vente et la quantité afin d’être rentable, de nombreux coûts sont à anticiper : le prix d’achat, le coût de la livraison, le coût de la solution e-commerce, le montant de l’hébergement, les diverses taxes et charges, les commissions prestataires.

Lorsque l’on débute dans l’e-commerce, quelles sont les bonnes questions à se poser ?

Déterminer son business model et anticiper les aléas de son projet passe généralement par la réalisation d’un cahier des charges (même dans une version très simplifiée) où les questions principales à se poser sont : Que veulent mes futurs clients ? Qu’attendent-ils de mes produits et/ou services et de la manière dont je vais les vendre ? Comment être rentable ?

Il faut, une fois de plus, bien les connaitre. Imaginez plusieurs scénarios pour votre projet, un optimiste et un plus pessimiste.

Pour jauger l’ampleur et les spécificités de votre projet, il faudra vous demander:  Quels apports financier puis-je amener, comment trouver des apports extérieurs ? Quelle solution e-commerce est la plus économique, la plus efficace ? Quels sont les fonctionnalités ou les développements dont j’ai besoin ? Quel design et quel logo sur mon site e-commerce pour construire mon identité visuelle et mettre en avant mon offre ? Vais-je vendre à l’international ou vendre en Europe ? Quel merchandising vais-je appliquer ? Quel support technique et conseils? Quelle vision à court/moyen/long terme, quels sont les points faibles du projet ? Quels sont les facteurs clés de succès ? Quelle est l’importance de la concurrence ? Quels besoins en communication, de quels professionnels dois-je m’entourer (consultant, référenceur etc.) ?

Les points clés pour un site e-commerce fonctionnel

Parmi les points clés pour obtenir un site e-commerce fonctionnel, vous devrez imaginer les modes de livraison les plus adaptés (en fonction du poids par exemple), leurs prix et si vous pouvez offrir la livraison (ce qui est très demandé). Dans la vente sur internet, vous aurez aussi à déterminer les moyens de paiement que vous mettrez en place, les plus avantageux, les plus utilisés. Essayez d’être le plus large possible. Mettez au moins en place le paiement par carte bancaire avec Stripe par exemple.

Mettez-vous à la place du consommateur, il doit trouver rapidement les produits qu’il cherche (pensez à faire des ventes croisées). Pour simplifier la recherche, optimisez le référencement et rédigez des fiches descriptives accompagnées de photos. La présentation des produits doit être la plus détaillée possible.

Pas que Google !

 Pour ne pas être trop dépendant de Google et des autres moteurs, essayez de diversifier vos sources de trafic. Pour cela, il est bon de prévoir une présence dans les réseaux sociaux, un emailing régulier et de faire de la publicité en ligne voir offline sur différents supports. Il ne faut pas non plus négliger les relations presse et la communication auprès de son réseau de connaissances, de manière à développer sa notoriété et à apporter plus de trafic direct.

Quand vous créez une boutique WiziShop, la solution vous propose d’exporter gratuitement les meilleurs produits de votre catalogue sur leurs différentes places de marché thématiques pour profiter de leur visibilité et booster vos ventes via Amplify E-commerce.

Enfin, n’hésitez pas à ouvrir un blog ou à rédiger des communiqués de presse en ligne avec des liens renvoyant vers votre site E-Commerce par exemple!

Vos clients importants peuvent aussi être ceux qui parlent en bien de vous sur les réseaux sociaux, ceux qui sont influents et qui génèrent de l’engagement.

La fidélité est, sans aucun doute, un des points centraux autour duquel vous devez axer vos efforts.

Fidéliser coûte généralement moins cher que d’acquérir de nouveaux clients. En fonction des caractéristiques de vos clients et du type d’acheteurs qu’ils sont, proposez leur, par exemple, des offres spéciales, des produits annexes à prix réduit, des codes promos, des cadeaux, ou du contenu qui les incite à revenir sur votre site.

Le E-Commerce requière certaines démarches et obligations juridiques.

L’attribution d’un statut légal est obligatoire pour vendre en ligne comme dans le commerce traditionnel. Il y a des règles propres au e-commerce. Mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez démarrer rapidement et simplement en créant un statut micro-entrepreneur. Des mentions légales ainsi que des CGV e-commerce accessibles dès la page d’accueil notamment sont obligatoires. Vous pouvez les générer gratuitement dans votre back office avec notre partenaire LegalVision.

N’oubliez pas d’intégrer une solution de statistiques performante.

Pour mesurer à posteriori l’efficacité des pages et du contenu de votre boutique en ligne, n’oubliez pas d’intégrer une solution de statistiques performante en amont tel que Google Analytics. Vous optimiserez ainsi la rentabilité de votre site. Les statistiques vous permettront d’analyser ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins bien afin d’adapter constamment votre boutique en ligne. Lorsque vous vous lancez, essayez de recueillir des retours utilisateurs assez rapidement pour déceler certaines anomalies et imaginer des axes d’améliorations. Mettez aussi en place un processus de veille dans votre domaine et vis-à-vis de vos concurrents (flux RSS, Twitter, Google Alertes etc.) pour être en phase avec votre activité et connaitre les tendances.

En E-Commerce comme ailleurs, vos efforts paieront !

Avec toutes ces cartes en main, vous êtes prêts pour vous lancer dans le bain du e-commerce.

Évidemment, vous ne serez pas parfaits sur tous les points mais les avoir en tête est déjà une bonne chose. Si vous n’avez pas les compétences dans certains domaines (préparation du projet, référencement, design, développement etc.), vous pouvez aussi vous entourer de professionnels. Le e-commerce est accessible mais nécessite du temps, du travail et de l’écoute. Un site E-Commerce doit être mis à jour régulièrement, demande de la maintenance et de la gestion au quotidien, il ne faut pas croire que tout est fait une fois que le site est en ligne. C’est un secteur en constante évolution.

Cependant, si vous avez l’esprit commerçant et si vous préparez bien votre projet en amont, il y a de fortes chances que vous fassiez un bon voire un très bon e-commerçant !

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_en_ligne
L’essor du e-commerce (e-monsite.com)

Les avantages de l’e-commerce et inconvénients à connaître (oberlo.fr)

L’impact du e-commerce sur le commerce physique – Armada (agencearmada.com)

Chiffres & Tendances Web 2020 – eCommerce SEO Marketing | Alioze

Les avantages de l’e-commerce et inconvénients à connaître (oberlo.fr)

Les solutions alternatives pour la survie des commerces durant la crise du covid-19 – Thibault Dufrane

Comme le disait au journal le patron de COMEOS « il faut s’adapter ou mourir » !

Par ces temps troublés, les petits commerces doivent innover, se diversifier et développer différentes manières de commercer s’ils veulent rester en activité.

En effet, du fait de cette pandémie et donc des confinements, pratiquement tous les commerces doivent trouver des solutions alternatives afin de pouvoir vendre leurs produits et garder leur clientèle, voire en trouver une nouvelle. C’est dans cette optique que certain mettent en place un système de livraison à domicile déjà existant chez quelques-uns telles que Médiamarkt, Carrefour, Dreamland… Profitant de leur infrastructure organisée pour pallier au manque de fréquentation dans leur établissement.

Innover pour survivre !

D’autres privilégient le « Take-away »! Autrement appelée la vente à emporter, le Take-away, déjà bien connu des pizzerias, s’étend désormais aux restaurants. Ces derniers qui ne peuvent plus accueillir de clients dans leurs salles, tentent de maintenir la tête hors de l’eau en créant des plats parfois plus simples ou facilement réchauffés au four à micro-ondes, voire des menus spéciaux qui mettent en avant leur spécialité. Ces méthodes peuvent ainsi aider les commerçants à survivre. Cependant, pour rester à flot beaucoup d’employés ont déjà été mis au chômage et même certains établissements ont été contraints de mettre la clé sous le paillasson. Malheureusement les géants de la vente en ligne, comme « Amazone », possède d’ores et déjà la main mise sur le secteur de l’E-commerce et représentent un risque pour les petites enseignes qui ne parviennent pas à s’adapter. En effet, celles-ci finissent par disparaitre.

La seule chose à faire pour aider l’économie à l’heure actuelle est de respecter les mesures de sécurité et si l’envie vous vient, aller commander un bon repas chez votre restaurant ou ferme préféré afin de les soutenir durant ces heures sombres!

Sources :

-la pieuvre ardente, https://www.rtbf.be/vivacite/emissions/detail_liege-matin/accueil/article_la-pieuvre-ardente-un-marche-de-noel-en-ligne-rassemblant-des-artisans-liegeois?id=10630954&programId=1231 groupe facebook : https://www.facebook.com/pieuvreardente

-Tea Late: facebook: https://www.facebook.com/TeaLateLiege

-La ferme des loups: https://www.facebook.com/LaFermesdesLoups

-les jeudis gourmands : https://www.facebook.com/Les-jeudis-gourmands-680809405767672

-comme une envie : https://www.facebook.com/comm1envie

Auxiliaire de l’enfance : « Comment encourager la créativité chez l’enfant ? » – Ashley Noé

« La créativité c’est inventer, expérimenter, grandir, prendre des risques, briser les règles, faire des erreurs et s’amuser. » MARY LOU COOK

La créativité est la «capacité de produire un travail à la fois original, novateur et inattendu», en d’autres mots, la pensée créative suppose d’aller au-delà des idées préétablies pour développer des comportements nouveaux et inédits, en fonction de la situation. La créativité représente en quelques sortes une forme d’adaptation de l’être humain à un environnement changeant. Elle repose sur des processus cognitifs dits « de haut niveau » : la mémoire de travail, l’attention, la flexibilité mentale et la pensée abstraite.

Lorsque l’idée est mise en œuvre, cela s’appelle l’innovation !

 

Pourquoi stimuler la créativité des enfants ?

De manière générale, la créativité favorise le développement de l’enfant. Grâce à elle, celui-ci peut renforcer son identité ainsi que l’estime qu’il a de lui-même. La créativité procure un véritable bien-être aux enfants, elle leur permet de s’exprimer plus librement et de mieux gérer leurs émotions. Meilleure perception des choses sous différents angles, ouverture aux autres et à l’environnement  la créativité facilite la recherche de solutions originales quand se présente un problème que l’enfant doit affronter. Enfin, elle contribue au développement de la concentration, de l’autodiscipline et de la pensée critique.

Comment donner le goût de la créativité aux enfants ?

S’intéresser à ses goûts et à ses jeux, échanger avec lui et favoriser le dialogue, lui demander de donner ses impressions sur ce qu’il a vu ou entendu et encourager l’échange de point de vue. L’inciter à essayer des choses nouvelles, à explorer des goûts, des activités, des outils, des lieux nouveaux…La nature est riche en découvertes des sons, des couleurs, des odeurs…

Afin de développer sa créativité, l’enfant a besoin de moment durant lesquels il pourra jouer librement en laissant libre cours à son imagination. Cette liberté lui permettra de faire ses propres choix, ses propres découvertes sans contrôle ni jugement des résultats. La participation à des activités culturelles comme les  festivals, les spectacles, les expositions, est une excellente manière de développer la créativité des enfants et une merveilleuse manière de mieux connaître votre enfant en échangeant avec lui de ce qu’il lui a plus et le moins aimé. Les histoires du soir sont toujours d’actualité ! Lisez et racontez des histoires à votre enfant. Demandez-lui d’imaginer une autre fin à celles-ci ou d’introduire de nouveaux personnages, par exemple. Enfin, on ne le conseillera jamais assez, limitez les heures qu’il passe devant les écrans et encouragez-le à aller jouer dehors avec des amis ou à réaliser des activités artistiques, par exemple.

 

Montrez l’exemple, accompagnez les enfant dans ses découvertes, rassurez-le et encouragez-le afin qu’il puisse pleinement développer ses capacités.

 

Sources :

https://apprendreaeduquer.fr/citations-creativite/

https://naitreetgrandir.com

https://www.association-montessori.lu/la-creativite/

 

 

Auxiliaire de l’enfance, c’est quoi ?

Dans cet article, nous allons parler du métier d’auxiliaire de l’enfance. Nous aborderons les horaires, les tâches liées à ce métier, les formations pour y accéder et les compétences nécessaires pour travailler dans ce domaine.

Le monde de la petite enfance regroupe des enfants âgés de 0 à 6 ans. C’est une étape importante car c’est le moment où se développent les enfants. Ils apprennent à découvrir le monde qui les entoure.

(suite…)

Médiation – Un Métier en pleine expansion

Depuis la nuit de temps, l’Homme est appelé à résoudre des conflits tant dans sa vie privée qu’en société. Les parents réglaient les différents familiaux.  Dans certaines cultures, on recourait aux Sages pour résoudre un litige. C’est donc une thématique qui a traversé les époques et qui a suscité différentes pistes de solution. Celle dont je vais vous parler maintenant, c’est la médiation. (suite…)

Le cas Twitter

Quand tweeter ? Quand poster ?

twitter_clock-564x272

Source Centelm

Sur Twitter, il y a des horaires stratégiques. Si vous tweetez en plein milieu de la nuit, il y a de fortes chances que le lendemain matin votre tweet soit très loin dans le flux d’actualité de vos abonnés, et donc qu’ils ne voient pas vos tweets. Dans la plupart des cas, les bonnes périodes pour tweeter sont entre 7h et 9h le matin et 18h à 22h le soir. Par contre, il faut éviter de tweeter entre 11h et 12h ainsi qu’entre 13h et 14h. Bien sûr, si vous visez un public international, il faudra prendre en compte les décalages horaires !

Source emilieogez.com

Si vous avez besoin de communiquer des informations, de solliciter les utilisateurs, faites-le plutôt en semaine vers 11h, 15h ou 20h (à noter que le pic principal a lieu le mercredi à 15h). Le dimanche n’est pas un jour extra. Sachez toutefois que même si leactivité est plus importante l’après-midi, vos posts auront plus d’impact s’ils sont envoyés le matin (+ 39.7 %). Enfin, dites-vous que les utilisateurs de Facebook y vont de manière générale plutôt en dehors des heures de travail, autrement dit, tôt le matin ou le soir.

Cependant, même si tweeter peut s’avérer utile ce dernier n’est pas considéré comme un réseau social mais http://www.cialispharmaciefr24.com/cialis-generique-france/ bien comme un « outils acheter cialis pas cher paris de micro-blogging » permettant entre autre et toujours d’après l’UCl « d’échanger de manière instantanée des messages courts » (de 140 caractères max).
Twitter permet également de s’abonner à des comptes professionnels et d’en suivre facilement les tweets.

D’après Damien Colmant, il est possible par ce biais de se tenir informé en :

  • suivant les comptes Twitter d’experts de la recherche d’emploi
  • suivant les comptes des personnes et des organisations du secteur d’activités où vous envisagez de postuler
  • suivant les comptes spécialisés dans la diffusion d’offres d’emploi (il en existe plus d’une centaine en Belgique)

schéma des comptes spécialisés

Retour à l’article

Webographie

A

http://www.actiris.be/ce/tabid/688/language/fr-BE/Utiliser-LinkedIn.aspx
http://www.actiris.be/ce/tabid/687/language/fr-BE/Utiliser-les-reseaux-sociaux-dans-sa-recherche-d-emploi.aspx
http://www.amaranthe.be/blog/reseaux-sociaux/bien-utiliser-linkedin-pour-sa-recherche-demploi

B

http://www.blogdumoderateur.com/50-chiffres-medias-sociaux-2016/
http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-internet-2016-une-minute/
http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-reseaux-sociaux/
http://www.blogdumoderateur.com/etude-sur-l-utilisation-des-reseaux-sociaux-dans-le-recrutement-et-la-recherche-d-emploi/
http://buzz4job.be/wp-content/uploads/2016/02/medias-sociaux-stepstone.pdf

C

https://cadres.apec.fr/Emploi/Marche-Emploi/Les-Etudes-Apec/Les-etudes-Apec-par-annee/Etudes-Apec-2015/Sourcing-cadre—edition-2015/Pres-de-trois-recruteurs-sur-dix-utilisent-les-reseaux-sociaux-comme-canal-de-sourcing
http://centelm.fr/le-meilleur-moment-pour-tweeter

D

https://damiencolmant.wordpress.com/
http://www.definitions-marketing.com/definition/reseaux-sociaux/

E

http://emilieogez.com/blog/2010/10/29/facebook-jour-heure-marqu/

F

http://fr.metrotime.be/2016/03/21/start/cinq-conseils-pour-postuler-via-les-reseaux-sociaux/

G

http://www.getkudoz.com/
http://groupe.regionsjob.com/societe/actualites/FilInfo/27536/Grande-enquete-2015-sur-les-methodes-de-recrutement.aspx

H

https://hrm.tempo-team.be/fr/2015/12/14/branding-recrutement-reseaux-sociaux/

J

http://www.jobat.be/fr/articles/trouver-un-nouveau-job-ne-se-fait-pas-sur-facebook-ou-twitter/
https://www.jobteaser.com/fr/presse/recrutement-reseaux-sociaux-2015

L

http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/05/28/09005-20150528ARTFIG00003-les-reseaux-sociaux-montent-en-puissance-dans-le-recrutement-des-cadres.php
http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/05/05/recrutement-les-reseaux-concurrencent-les-sites-d-emploi_4628226_1698637.html
https://www.linkedin.com/company/jobr
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/reseau-social/

M

http://www.monster.fr/conseil-carriere/article/recrutement-et-reseaux-sociaux

R

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/les-entreprises-recrutent-aussi-sur-les-reseaux-sociaux-attention-a-votre-image-776845.aspx

S

http://www.springfrance.com/coaching-cadres/Pages/reseaux-sociaux-professionnels.aspx
http://www.studyrama.be/spip.php?article2545

U

http://www.uclouvain.be/327479.html?idQuestion=224

W

http://web.randstad.be/hrtopics/fr/17/etes-vous-passe-maitre-dans-le-recrutement-via-les-medias-sociaux/
http://www.webmarketing-conseil.fr/liste-reseaux-sociaux/

Y

http://yournetangel.com/les-differentes-offres-d-isabelle-serfaty-bloch/strategie-marketing-des-medias-sociaux/
Retour à l’article

Définitions

Qu’est ce qu’un réseau social ?

Avant de commencer, il est intéressant de définir le terme « réseau social ».
En voici une définition simple et générale provenant du site linternaute.com.

Site internet qui permet aux internautes de se créer une page personnelle afin de partager et d’échanger des informations, des photos ou des vidéos avec leur communauté d’amis et leur réseau de connaissances.

Nous pouvons déjà retenir de cette définition que l’on peut créer une page personnelle ainsi que les notions de partage et d’échange envers son réseau.

Pour compléter cette définition et aller plus loin dans l’analyse et la réflexion, voici une définition provenant du site definitions-marketing.com.

Dans le cadre d’une approche marketing, le terme de « réseaux sociaux » désigne généralement l’ensemble des sites internet permettant de se constituer un réseau d’amis ou de connaissances professionnelles et fournissant à leurs membres des outils et interfaces d’interactions, de présentation et de communication.

Les réseaux sociaux les plus connus sont Facebook, Twitter, Linkedin, Viadeo, Pinterest, Youtube, etc.

Le succès d’audience des principaux réseaux sociaux en a fait des supports marketing et publicitaires souvent incontournables.

Dans cette définition marketing, nous voyons apparaître la notion de « connaissances professionnelles » qui nous intéresse tout particulièrement pour le développement de cet article.

Et les réseaux sociaux professionnels ?

Le site dictionnaireduweb.com en donne la définition suivante.

Un réseau social professionnel est, comme son nom l’indique, un site web dont l’objectif est de mettre en relation des professionnels entre eux. Les deux usages majeurs des réseaux sociaux professionnels sont la recherche d’emploi et la prospection commerciale.

Retour à l’article

Notre projet

Nous sommes 12 demandeurs d’emploi, farouchement résolus à trouver un travail mais notre quête est longue et difficile. Aussi nous avons décidé de nous battre. Parce que nous voulons comprendre ce marché de l’emploi, qui nous ferme pour l’instant ses portes, nous avons, ensemble, créé ce blog en l’alimentant d’articles relatifs aux difficultés que nous rencontrons.

Notre démarche se veut utile aux demandeurs d’emploi qui, comme nous, se heurtent à tant d’obstacles, mais il est aussi le témoignage de nos compétences professionnelles et personnelles, un appel lancé aux employeurs : recrutez-nous!